frenchbatard en dressage par Monsieur

blog créé sur ordre de Monsieur pour y rendre compte de mon dressage.

30 juin 2019 0 Commentaire

Ma séance de dressage avec le Master

Pour rappel, tout a vraiment commencé l’année passée en janvier 2018 avec une première phase de contact et la création de ce blog en vue d’une rencontre qui s’était finalement annulée faute de déplacement sur la ville du Master. Je crois avoir été à l’initiative du contact initial sur Recon, attiré par le profil du Master et ses photos. Les échanges avaient été pour moi très excitants et motivants, et j’avais rapidement senti que se produisait ce que je recherche tant : l’infiltration du Master dans ma pensée puis son contrôle. Les échanges sur Recon avaient rapidement mené à une date de rendez-vous dans la ville du Master et des échanges en attendant me tenaient aux ordres et me préparient à la séance. Le Master m’avait fait créer un blog pour relater nos échanges et y poster photos et vidéos exigées pendant nos dialogues. J’avais été formaté au niveau du pubis, rasé sur les côtés et tondu court. La confiance s’était installée au point que j’avais donné mon numéro de téléphone au Master, les échanges s’étant poursuivis sur messagerie smartphone alors. Je me souviens aussi un soir avoir obtenu l’autorisation du Master de jouir sur une table en l’entendant me parler pour la première fois de ma vie au téléphone, ce qui avait été un moment très intense pour moi. Le rendez-vous annulé, il avait été convenu que je recontacte le Master si j’avais une nouvelle occasion d’être dans sa ville.

Il y a deux mois, j’apprends que je vais passer deux jours près de chez lui. Je le recontacte donc et les échanges reprennent. La date est d’abord fixée, très rapidement, puisque c’est un préalable aux échanges. Je retrouve la fermeté qui m’avait tant fait bander. Le Master domine, c’est une évidence. Il décide du moment et du contenu de nos dialogues. Il devient très ferme si je sors de ma place, ce qui m’y remets immédiatement. Il est directif, très directif, ce qui me fait monter dans les tours, mais m’excite tant que ça me déborde, me rend curieux et bavard, trop bavard, et je me fais remettre à ma place immédiatement.

La première discussion une fois la date trouvée porte sur une cage de chasteté. C’est une chose qui depuis un moment m’attire dans des dialogues avec d’autres, dans ce que je peux en voir en photos ou vidéos sur internet. J’ai même déjà acheté une cage très simple mais inadaptée parce que trop grande.  Elle me permet de bander à moitié et ne peut être portée avec quelque vêtement que ce soit. Elle m’empêche juste de me branler, ce qui est déjà quelque chose d’assez fort tant c’est un besoin chez moi. Mais le Master souhaite une cage utilisable au-delà d’un simple moment seul à poil. Donc je me mets à chercher une nouvelle cage sur internet. J’envoie des exemples au Master qui lui-même me donne son avis et me propose de finalement me lancer sur un modèle que j’achète dans la foulée. C’est une cage en silicone, blanche. Je la reçois, l’essaie avec difficulté, tant la mettre m’excite. Mais j’y arrive et me voilà réellement encagé grâce et pour le Master, avec une queue qui ne peut plus bander mais qui bave. J’apprends à la porter la nuit pour le Master. Je ne peux la mettre au travail, elle gonfle trop le slip et donc le pantalon.

Les échanges se poursuivent, souvent brefs, le Master recadrant régulièrement mon emballement. J’apprends très vite à présenter mes respects du jour au Master qui sont le plus souvent l’occasion d’un échange bref qu’il contrôle. Je suis plusieurs fois dirigé pour me branler rapidement sur son ordre, ce qu’il vérifie en me faisant me filmer. Il m’est aussi imposé deux fois de me pisser dessus, habillé puis à poil, ce qui manifestement plaît au Master. Là aussi, je filme et mets les vidéos sur un site de partage.

La date approche, je sais qu’elle ne s’annulera pas cette fois. Le Master me tient à sa merci par ses échanges brefs, ses ordres. Je le sens profondément ancré dans ma tête. J’obéis à tous ses ordres, je scrute régulièrement la messagerie dans l’attente d’un signe. Il a gagné. Je ne sais rien de la soirée qui m’attend si ce n’est qu’elle se passera en sex-club. J’apprends progressivement que je dois porter un jockstrap, que je dois amener toutes les pinces dont je dispose, mon mors, ma chaine pour mettre au cou à défaut de collier, des bougies, ma cagoule. Je suis autorisé à amener mon poppers, sans savoir alors que je ne l’utiliserai finalement pas. Je me fais remettre au pas à chaque fois que j’essaie d’en savoir plus, par excitation plutôt que par peur. Je ressens une grande confiance, moi qui suis très prudent et plutôt réticent dans les échanges la plupart du temps. A quelques jours de notre rencontre, je suis à nouveau formaté au niveau du pubis, comme l’année précédente. L’épilation est faite 48 heures avant avec une crème. La tonte du rectangle de poils restant à la verticale de la base de la queue est réalisée par étapes avec contrôle du Master pour être à la longueur qui lui convient et qui s’avèrera être de 6mm. Je dors encagé les dernières nuits. Je ne me branle plus les derniers jours. Et arrive le jour de la rencontre…

Ce jour-là, il fait chaud. Je travaille comme je peux dans la journée, entre excitation et appréhension de la rencontre qui désormais est inéluctable. J’ai peur de ne pas convenir au Master, d’être trop amateur par rapport à son niveau, de le décevoir. J’ai aussi peur de ce qui pourrait se passer, de ne pas réussir à me mettre dans le trip même si tout montre l’inverse jusque-là. Les consignes sont désormais très précises. Je dois me présenter à 19h30 au sex club, avec le jockstrap noir et blanc que le Master a choisi parmi ceux que j’avais, encagé, avec ma chaine autour du cou. Une fois dans le sex-club, je dois me rendre aux casiers, me mettre en jockstrap, t-shirt et baskets. L’après-midi passe très vite grâce au travail que je dois faire. A 17 heures je suis à mon hôtel. J’ai des échanges brefs avec le Master qui entre dans ma tête et s’y installe profondément. Je mets la cage, ma queue bave à l’intérieur. Je me retrouve dans ma chambre d’hôtel en jockstrap, jeans, baskets, t-shirt, envoie des photos de chaque étape de préparation au Master et pars vers le centre-ville, avec dans mon sac à dos tout le matériel demandé. L’heure avance, le trajet est plus long que prévu, je cherche un endroit où manger quelque chose avant d’aller au sex-club. J’ai quelques messages du Master, toujours très brefs, me rappelant l’heure à ne pas rater. J’avale très vite une part de tarte dans une boulangerie à quelques centaines de mètres du club, la tête totalement envahie, le souffle vraiment coupé par l’excitation et l’inquiétude, l’œil rivé sur l’heure qui file. Je marche vite, cours presque pour être à l’heure devant le sex club. Sur les cent derniers mètres, je mets la chaine à mon cou, espérant ne pas croiser une connaissance dans les rues et les terrasses bondées du fait du temps estival et de l’heure de l’apéritif. Je transpire parce qu’il fait chaud mais aussi et surtout parce que je suis fébrile. Je me sens envahir par l’excitation. Et à 19h30 je suis à l’intérieur du club.

Le lieu est un peu sombre, il y a peu de gens. Il s’ouvre directement sur le bar et les casiers. Je repère immédiatement le Master debout contre un mur, un pied relevé sur le mur, en rangers. J’ai un moment d’hésitation, mais je file aux casiers plutôt que de me présenter à lui et ça aura été manifestement une bonne idée puisqu’il ne me sera rien reproché ensuite quant à mon arrivée. Je me déshabille sous l’œil des mecs présents, sans aucune gêne. Je mets au casier mes fringues, mon téléphone, mon portefeuille. Je le referme et cette fois, vraiment fébrile, je vais au Master. Je ne me souviens plus très bien de ce que j’ai dû bafouiller, sans doute « bonsoir Master » ou « me voilà Master ». Il a un regard sévère qui me glace. Il me prend la clé de mon casier sans un mot, décolle sa rangers du mur, me dit sèchement de prendre le sac qui est à ses pieds et de le suivre. J’obéis, attrape le sac de sport lesté de je ne sais quoi alors, et le suis sous l’œil des mêmes mecs qui m’ont regardé me mettre en tenue de dressage il y a trois minutes. Il tourne tout de suite à droite dans une cabine que je scrute en trois secondes et qui contient un banc, une structure de bois pour maintenir tête et poignets que j’ai déjà vue dans des vidéos sm, un pan de chaines, des sceaux dans un coin. Il ferme la porte, m’ordonne de lui donner mon sac et de baisser les yeux. J’y suis, et n’en ressortirai que 3h30 plus tard.

Je suis vraiment fébrile, inquiet, maladroit. Je prends une ou deux baffes à cause de cela, n’exécutant pas exactement ou pas assez vite les choses. Le Master a bien perçu ce qui se passe, et alterne les baffes et quelques mots secs avec des paroles m’appelant au calme et à la confiance. Je suis et suivrai les ordres sans aucune discussion sur toute la séance. Le t-shirt est retiré quasi immédiatement et je ne le remettrai que pour repartir. Je suis inspecté. Je me fais très rapidement cracher sur la gueule et dans la bouche et ça se répètera de multiples fois dans la soirée. C’est nouveau pour moi, c’est intense et j’adore ça. J’y repense souvent depuis. Comme lors des dialogues, le Master me canalise, m’arrête dès que je dépasse le cadre ultra-strict de l’ordre donné. J’apprends à le respecter et à ne m’autoriser aucune initiative. Je crève d’envie de me coller à lui, de lécher son slip, de voir sa queue, de la goûter, ça n’arrivera que beaucoup plus tard. Le Master est vraiment très beau, très sex et je vais passer la soirée à me le dire et à réaliser que j’ai une chance de cinglé de pouvoir être son bâtard d’un soir. Je continue à le penser deux semaines plus tard.

Les premières baffes et crachats viennent sur des ordres à me positionner de telle ou telle manière (sur le banc, à ses pieds, face à lui, tête baissée, tête levée vers lui). Le Master m’inspecte et inspecte aussi tout ce que j’ai amené. Il fait l’inventaire de toutes mes pinces, du mors, de la cagoule, mais moi je ne pense qu’à une chose, c’est de savoir ce qu’il y a dans ce grand sac un peu lourd que j’ai porté en le suivant jusqu’à la cabine sous les yeux des clients du sex club. Il découvre ma queue encagée sous le jockstrap que je vais très rapidement perdre. A ma grande surprise mais aussi un peu à mon soulagement, il va vite retirer la cage de ma queue qui pourra bander tout au long du plan, ce que je dois avouer adorer. Je suis un très gros branleur, y compris en plan, mais je pense avoir vécu ce soir-là le premier plan de ma vie où je n’ai pas touché ma queue alors même que j’ai globalement bandé trois bonnes heures. Je peux le dire d’emblée, c’est aussi le premier plan de ma vie où je n’ai pas juté. Mais c’est aussi l’un des meilleurs plans de ma vie.

Très rapidement, c’est l’une des raisons de nos contacts initiaux, le Master vient sur mes tétons avec ses doigts. Il les fait bander, mais les travaille aussi d’emblée, les vrille, les pince. Je ne me souviens pas avoir déjà été travaillé comme ça en termes d’intensité. Ca n’a rien à voir avec les pinces, avec le progressif que je ressens quand je m’en occupe moi-même, souvent sous poppers. Je suis quasi immédiatement douloureux et flippe en me disant que je ne vais pas gérer et que c’est nul. Il le ressent, comme tout mon état à chaque instant sur toute la soirée, et il m’invite à me détendre et m’apprend à gérer par la respiration. Ca fonctionne incroyablement et me permet de vivre cette soirée hallucinante sur la distance. Inspirer et expirer profondément aide à dépasser la douleur et à éloigner la pensée de cette douleur, la focalisation sur cette pensée. Je l’ai appris avec le Master et lui en suis éternellement reconnaissant. Les tétons encaissent, et chaque nouvelle prise en main est immédiatement excitante et douloureuse et le sera toute la soirée. Je respire et je progresse dans les mains du Master. Le Master fixe dans la foulée la règle du safe word entre nous, me demandant de savoir l’utiliser mais aussi de savoir repousser mes limites et attendre pour en faire usage. C’est à l’occasion de l’un des moments où le Master me travaille les tétons et que je cherche à tenir plus dans la douleur et la durée que, les yeux bandés je crois, il me prend dans ses bras et je m’abandonne, débordé d’émotion, les larmes aux yeux, le remerciant en boucle, moi-même totalement surpris de me retrouver dans cet état que je rêve depuis de revivre. Ca se produira deux ou trois fois dans la soirée, toujours avec une intensité qui me fait bander dès que j’y repense.

A certains moments, plutôt des longues périodes, je me retrouve les yeux bandés, avec une sensation dingue d’apaisement, d’abandon, de focalisation sur le Master, tout en entendant par moments, brefs, qu’il y a du monde autour de nous qui m’entend me faire dresser, parce que je gémis ou crie, parce qu’on entend ce qui m’arrive. Je saisis une ou deux fois que le Master reçoit des sms et y réponds. Alors que je suis assis sur le bord du banc, les yeux bandés, le Master m’annonce qu’il a une surprise pour moi. Le niveau de confiance profonde que je ressens ne me fais pas paniquer. Je ne bronche pas. J’attends, calmement. Je sens de l’air frais qui indique que la porte a été ouverte puis refermée. Je saisis un échange au téléphone, le Master cherche quelqu’un. La porte se rouvre une ou deux fois. Je comprends bien que quelqu’un nous rejoint. Aujourd’hui, je reste vraiment surpris de n’avoir pas flippé alors. Mais non, j’avais (et j’ai) confiance en le Master. Je ne bronche pas. Et quand j’y repense, heureusement que je n’ai pas paniqué, j’aurais raté la suite…

Je ne souviens plus très bien si je sens d’abord la présence de l’autre parce qu’il m’a pompé ou si je le vois. Je crois avoir été pompé avant de réellement le voir. Le Master a en fait convoqué au club son esclave attitré que j’avais vu sur Recon. Nous sommes donc trois désormais, un rêve pour moi depuis des années. Je suis perdu, pas inquiet, mais perdu quant à l’attitude à avoir avec lui, à savoir de la soumission comme pour le Master ou de la fraternité de bâtards. Dans le doute, je veille surtout à ne jamais m’adresser directement à lui mais à passer par le Master. A posteriori, j’ai vécu plutôt les choses comme une fraternité de bâtards sur le fond. Son esclave est aussi beau, sex et je comprends que le Master l’ait adopté. Le Master lui raconte qui je suis, comment je réagis, je me sens vraiment petit face à lui. Mes tétons réagissent déjà au quart de tour lorsque le Master y revient. Son esclave attrape mes couilles, les serre, les étire avec une excitation manifeste. Je découvre ce travail, je n’y suis pas habitué. Je respire donc pour m’habituer, comme le Master m’a appris. A la seconde où je découvre que l’on va être trois, je rêve d’une chose qui va se produire régulièrement, sur décision du Master uniquement : s’embrasser, à deux autour de la queue du Master, chacun son tour avec le Master sous les yeux de l’autre, et même à trois avec le Master. Je garde un souvenir hyper fort de tous ces moments, de leurs langues, de leurs salives, de l’intensité du moment.

Avec l’aide de son esclave, le Master installe à mes poignets et chevilles les bracelets de cuir qui vont permettre de m’attacher aux chaines qui pendent sur l’un des murs. Je me laisse évidemment faire, avec une pointe d’appréhension qui va et vient et qui est plus liée au principe de se retrouver attaché et sans pouvoir m’opposer. Aussitôt après, je suis donc maintenu au réseau de chaines, jambes écartées, bras levés, de face puis rapidement de dos. Vient alors ce moment tant attendu des claques sur le cul qui prennent une puissance que je n’attendais pas si vite du fait que la main du Master est gantée de cuir. La sensation est forte, très différente d’une main nue. Et le Master, m’interdisant de me retourner, prévient qu’il change de méthode. Je l’entends fouiller dans le sac de sport. Je suis tenté de me retourner, par peur un peu mais surtout par envie de voir ce qui m’attend pour être encore plus chaud et excité. Et vient le premier coup de paddle – je le verrai plus tard – et une toute autre sensation encore que la main. Quelque chose de plus brut, plus direct, plus large et plus douloureux. Je suis rapidement douloureux et tente plusieurs fois de bouger. Le Master me rappelle à l’ordre, me redonne les consignes d’acceptation de la douleur et de respiration. J’en encaisse encore. Je rêve de voir mon cul rougi. J’obéis. Je fixe le mur. Je me sais regardé par son esclave qui est à ma droite et dont je rêve qu’il me caresse la tête en me disant que tout va bien se passer, que je dois me laisser faire. J’entends à nouveau le Master fouiller son grand sac. Ce que je saurai plus tard être un martinet en sort et je sens rapidement sur mon dos et mon cul ses lanières m’effleurer. Son esclave se met en position identique à la mienne, à mes côtés sur ma droite. S’en suit une série de coups, alternativement sur mon dos ou celui de l’esclave, les coups le concernant étant plus forts sans aucun doute, ça s’entend. J’ai le souffle coupé par le plaisir ressenti, par l’excitation de voir l’esclave se faire claquer ainsi. A un moment, le Master se met à strictement le fouetter, je ne suis plus que spectateur et je me revois, fasciné, bouche ouverte, souffle coupé, en train de le regarder prendre des coups que je suis moi-même incapable de recevoir, par dizaines. Je pense que c’est l’un des quelques moments où j’aurais pu risquer de juter par simple excitation. Je me souviens avoir saisi sa main pendant ce moment, avoir voulu être ensemble dans la douleur qu’il ressentait et demandait. Je prends une fois de temps en temps deux ou trois coups, moindres, mais déjà importants pour moi. A un moment le Master s’arrête, réconforte son esclave dont le dos rougit très sérieusement, et lui demande à l’oreille combien de coups il peut encore prendre, proposant 25 ou 50 coups. Son esclave sans hésiter choisit d’en prendre encore 50 et j’assiste à ce moment dingue où il prend en plus des dizaines de coups déjà pris ces 50.

La soirée continue en alternant ces moments contraints, d’autres où je suis libéré du mur de chaîne. A un moment j’ai enfin accès à la queue du Master que j’aime énormément sentir dans ma bouche, dure. Je m’applique à le pomper en espérant approcher de ce que sais si bien faire son esclave. Je pompe ce dernier lorsque le Master l’exige. Je me rappelle pendant cette soirée à quel point j’aime pomper, à genoux, soumis. C’est dans cette position qu’à un moment je suis avec la queue du Master en bouche et qu’il exige que je ne bouge plus. Sa queue n’est pas totalement raide. Je reste immobile et dans ma tête j’espère que le Master envisage de pisser. J’attends, et plus j’attends plus je me dis que ça ne peut être que ça. Je suis fou, en attente, vraiment j’en ai envie. J’ai retenu les consignes et je sais enfin attendre sans m’emballer. Vient alors un jet de pisse, très chaude. J’adore vraiment ça mais ai un peu de mal  en fait, parce que sa pisse est très concentrée et qu’elle est donc beaucoup plus forte au goût. Mais je l’avale évidemment, en suis fier, mais retire ma bouche dans la foulée de sa queue. Il exige que j’y revienne, ce que je fais, et à nouveau j’attends un jet qui vient un peu plus tard, aussi fort, me faisant me retirer à nouveau tout en l’avalant bien sûr. Le Master me fait baisser la tête vers le sol, pose sa queue sur ma tête et se met à pisser en flot continu sur moi. C’est l’extase.

La séance se termine dans mon souvenir par un retour au mur de chaines, face au Master et à son esclave, avec la mise en place de pinces à linge sur mon corps, mes couilles, ma queue. Je l’ai déjà fait dans le passé une ou deux fois, je sais que c’est douloureux pour moi, mais le Master qui voit bien mon appréhension m’y amène calmement. Ce jeu sera court, moi-même demandant sans doute trop vite à les retirer. Je pense que c’est ce qui solde la fin de la session, le Master me pensant arrivé au bout. Il retire les pinces, me libère, et siffle la fin de la séance. Je suis hagard, je réalise que cela fait 3h30 que je suis entré dans la pièce où j’ai été dressé. JE viens de vivre l’un, voire LE plan le meilleur de ma vie. Je le remercie encore et encore, comme je l’ai fait aussi souvent que j’en avais l’autorisation pendant le plan. Je pense déjà à la prochaine fois, et cette prochaine fois est depuis un but pour moi.

28 janvier 2018 0 Commentaire

Un nouveau pas franchi, juter en direct pour Monsieur en l’entendant me parler

La jute était programmée par Monsieur (cf post précédent)… Nous y étions… J’étais chaud, très chaud. J’ai osé en pleine montée demander à Monsieur si je pourrais l’entendre me parler pendant que je jutais… La suite dans les dialogues… et la vidéo…

(Monsieur en rouge, moi en gris clair)

Bonsoir Monsieur. Je suis prêt.

Alors vas-y. Doucement d’abord

Bien Monsieur

Alors… Bien à la base pour faire monter ..

J’ai démarré. Très raide.

Doucement ! C’est un ordre !!!

Oui Monsieur.

Tu n’as pas le droit de jouir sans mon autorisation  Fais monter le jus TRES doucement

Bien entendu Monsieur

Interdiction de jouir bâtard !

Lente branle base de la queue.  Juste des sensations.

Tu en es où ?  Quand tu seras à moi debout les jambes écartées et les mains attachées dans le dos c’est moi seul qui te travaillera le penis

Je bande à mort. Je fais allers et retours lents, très serré sur la queue

Je te ferai du edging et tu m’appartiendras entièrement dans là possibilité de juter. Desserre un peu

Bien Monsieur. Jamais fait mais je parie que ça va me mettre dans tous mes états.  Je desserre

Et tes tétons ? Parles en moi.

Durs comme du bois. En manque.

Salope. Je te les effleurerai pour te faire bander encore plus

Oui Monsieur. Je suis votre salope

Alors ce jus, il monte ?

Non. Je bande et mouille à fond. Je fixe l’écran en attendant vos messages. C’est bon. Putain.

Caresse toi bien pour que ça monte. Surtout tes tétons effleure les puis tire dessus. Très bien bâtard c’est bien tu es très obéissant et ça me fait très plaisir

Oui monsieur. Putain j’aime vous sentir près dans ma tête.  Je suis très obéissant. Je ne vis que par ça sexuellement.

La où tu es peux-tu gueuler ?

Oui Monsieur.

Parfait. Alors tu vas filmer ta jouissance. À partir du moment où je te donnerai l’ordre tu vas arrêter de converser et passer un mode vidéo ce qui m’intéresse c’est le son, pas forcément la vidéo

Prêt ? Sale bâtard !!!!!!!!!!!

Je peux aussi vous proposer autre chose Monsieur.

Soumis de sous race ! Donc tu vas gueuler comme une chienne quand tu vas juter. Prêt à juter ? Réponds !

Pas encore prêt. Je peux proposer quelque chose Monsieur?

Pourquoi ?

Pour le son

Si tu peux tu pointes ton portable sur le lieu où le jus va se déposer pour la vidéo. Mais c’est le son qui va compter avant tout

Monsieur vous ne voulez pas m’appeler?

Non tu enregistres je préfère . Tu me feras écouter ça m’excite plus encore. Prêt MA pute ?

Presque Monsieur. J’adore le MA.

Oui tu es MON batard

Appelez moi pour m’entendre juter…?

Mais tu enregistres quand même ?

Oui Monsieur.

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

(copier/coller le lien dans le navigateur si la vidéo ne se lance pas): https://www.xtube.com/video-watch/cuming-for-my-master-33503122

Parfait !!! Maintenant tu mets à jour le blog. Tu as aimé MA pute ?

J’ai adoré Monsieur. J’ai jute comme un cinglé. Vous allez voir sur la vidéo.

Cool tu as droit au repos dors bien

J’ai vraiment jute à fond. wow. Merci Monsieur.

Super ! C’est ça la soumission. Et en réel tu multiplies par cinq

Au moins oui. Putain vous voir appeler et vous entendre c’était hyper bon. Merci Monsieur. Merci.

Calme toi

Difficile. J’ai adoré votre voix au fait.

28 janvier 2018 0 Commentaire

Parce qu’on apprend en marchant…

Avec Monsieur c’est la première fois que je me retrouve en contrôle de la branle et de la jute… Ce qui n’est pas sans difficultés… Mais Monsieur me rentre les règles dans le crâne… Et me remet sur le droit chemin.

(Monsieur en rouge, moi en gris clair)

Bonjour bâtard. Parfait si la tension et l’envie se conjuguent c’est tres bien. Depuis combien de temps maintenant tu ne t’es pas masturbé ?

Bonjour Monsieur. Je vais être honnête, c’est comme ça que ce sera le mieux. Je me suis branlé mardi matin. J’aurais dû vous demander. Je vous prie de m’en excuser.

Tu aurais dû me demander la permission. Cette attitude est contraire e ce que je t’ai imposé et que tu avais dit respecter … tu as donc désobéis et de façon volontaire

Je ne peux que dire que vous avez raison. Je le savais en vous le disant mais ne pas le dire me semblait une attitude pire.  J’en subirai les conséquences et dois les attendre et les accepter. Mais au moins je n’ai pas menti.

Ta franchise te sauve mais ne recommence pas. Alors, maintenant dis-moi depuis combien de temps tu ne t’es pas masturbé ?
Si tu veux que notre relation se poursuivre, il va falloir obéir …

Pas depuis mardi. Mais j’ai super envie. Ça monte. Je me suis rafraîchi mon rasage pour vous en plus ça ma chauffe.

Tres bien je te donnerai l’autorisation …

Bien Monsieur. J’attendrai l’autorisation. Aux pieds.

Tu as l’obligation de te masturber et de jouir demain entre 18 et 23 heures

Bien reçu Monsieur. Ce sera fait. Je vous contacte avant?

Oui tu m’en informes avant et je veux que tu m’envoie la photo du résultat pendant le laps de temps exigé bâtard. Et il nous faut reprendre des échanges plus réguliers. Ces longues journées sans texte ne me satisfont pas du tout

Bien reçu et bien noté. Pour tout. Y compris plus d’échanges et je vous rejoins totalement sur ce point. Merci Monsieur  Vous me faites bander Monsieur

Tant mieux bâtard montre moi ta bite maintenant.

(…) J’attends ! Exécute ! Alors bâtard tu n’es pas capable d’obéir ?

Dans les transports en commun

J’attends

Capture d’écran 2018-01-28 à 22.04.23

Tu ne bandes pas assez

Je ne savais pas qu’il fallait que je bande sur la pic. Je vous prie de m’en excuser Monsieur. J’adore voir cette tonte sur moi qui me rappelle votre emprise.

Oui la tonte est belle c’est bien

J’ai bien rasé autour mais il faut que je tonde à nouveau le reste.

Tu le feras pour notre rencontre que j’espère prochaine

Capture d’écran 2018-01-28 à 22.04.33 Capture d’écran 2018-01-28 à 22.04.41

C’est bien bâtard maintenant tu te calmes tu remets ton slip et tu attends ce soir. Exécution !

Bien monsieur. C’est fait.

Vous m’excitez sérieusement. Dur de se calmer mais ça va se faire.

28 janvier 2018 0 Commentaire

Monsieur s’installe chaque jour peu plus dans ma tête

Après cette séance inoubliable de mise au format de mon pubis pour Monsieur, viennent les premiers repères, le cadre de ce qui fait cette intensité et cette préparation au futur plan en direct…

(Monsieur en rouge, moi en gris clair)

Bonjour le bâtard. Juste un bonjour au lendemain de la fin de cette longue suite d’échanges; peut-être as-tu giclé une deuxième fois ?

Bonjour Monsieur. Pas encore mais ça ne devrait pas tarder. Me réveiller en voyant et sentant ma queue tondue et rasée à votre norme me fout en rut. C’est hot. Vous êtes là tout le temps.

Salope. Allez branle toi maintenant

Je me sens bien soumis. J’adore cette sensation. Me raser pour vous j’ai adoré.

Alors ce jus ?

Hier soir? Je l’ai bouffé.

Non la deuxième giclée de ce matin

ça vient. je pense à vous. je regarde mon pubis tondu. vous êtes là

Alors ? Fini ?

Oui Monsieur. J’ai jute à poil à genoux au sol. Sur mon bas ventre en regardant mon pubis formaté par vous.

Parfait.

(…)

Le rasage de mon pubis me ramène à vous continuellement et je ne pouvais être affecté par votre manière de me gérer, je suis consentant et en confiance. je sens qu’on partage le point de vue de ce qui nous excite et de comment ça doit se passer.

C’est exactement ça. Alors vivement que tu passes à XXX sale bâtard.

oui Monsieur. Vivement. Et en même temps pendant ce temps là, me faire driver comme vous le faites est super bandant.

Je bande en ce moment même à l’idée de te dominer à distance. On va tout de même par sécurité se donner nos numéros de téléphone mais on ne les utilise pas. Je veux te driver ici ! XX XX XX XX XX.

vous n’aviez jamais drivé ainsi Monsieur? c’est une étape difficile pour moi mais aucun doute sur le fait que dois la franchir. le mien XX XX XX XX XX. wow . merci Monsieur. vous me faites vraiment bander. je vous sens vraiment bien. c’est rare… c’est déjà arrivé (et j’ai eu des plans fabuleux) mais c’est rare. savoir que je vous fais bander me déborde d’excitation Monsieur. J’ai entré votre tel dans mon répertoire Monsieur

Bien

Galerie de pics de votre dressage créé dans XXX, Monsieur

Très très bien j’aime ton degré d’obéissance bâtard

Merci Monsieur. je me sens bien à cette place. très bien.

Tu vas pouvoir alors m’obéir très facilement dès que ton travail et tes obligations te laisseront libres

oui Monsieur. OUI.

Quand as tu juté la dernière fois ?

le matin après notre séance nocturne de rasage Monsieur

Pas depuis ?

non Monsieur. je ne vous mentais pas en disant que j’avais été très accaparé.

Alors tu vas juter maintenant

à vos ordres Monsieur. j’ai mis deux posts sur le blog. intro puis premiers échanges récupérés (lors de l’annulation de ma nuit à Lyon).

Parfait maintenant tu te masturbes à fond et vite sans pinces

c’est parti. je vais juter Monsieur

C’est fait ?

oui Monsieur. je viens de juter. merci Monsieur

Parfait maintenant tu reprends ce que tu faisais et je te dis à bientôt . J’irai voir le blog

bien Monsieur. je peux bouffer mon jus?

Oui

(…)

Bonjour Monsieur

Bonjour MON batard. Je te félicite pour le blog. La répartition par épisode est très bien. Les petites présentations de chaque épisode sont bien rédigées. Tu t’es donc bien appliqué pour réussir ce que Monsieur attendait de toi

bonjour Monsieur. Merci beaucoup… Très très heureux que ça vous aille… J’ai vraiment voulu faire bien…  J’adore ce que vous m’avez fait faire… j’adore…

(…)

Bonjour le batard. Ton dominateur te salue et pour te souhaiter une bonne journée te crache à la gueule et te baffe

Bonjour Monsieur. Mes respects. Je baise vos pieds et vous remercie. Pour la baffe et pour votre salive et son odeur.Merci Monsieur. Merci.

Pour le moment tu n’es pas autoriser à te masturber. Je te fixerai l’échéance de cette contrainte

Bien Monsieur.Ça me fout en rut tout ça. Y compris le fait que vous ayez mon tel Monsieur.

Pourquoi ?

Par ce que ça représente de contrôle par vous pour m’y avoir amené et pour avoir lâché. Par ce que ça fait en termes d’excitation de vous avoir dans mon annuaire et d’être dans le votre.Par l’excitation de savoir que vous pourriez me contacter par SMS aussi

Ah bon.Pourquoi pas …  Un peu surpris

De?

De cette histoire de téléphone

C’est à dire? Que je ne le donne que très rarement?

Oui et l’effet que ça peut te produire Peu de personnes ont ton téléphone ?

Je ne le file pas en général donc le filer est déjà une marque de soumission

D’accord.Hummm maintenant je sais que te pousser dans tes retranchements te force à m’obéir c’est bien à savoir

C’est exactement ça monsieur. Sentir que vous me poussez dans mes retranchements c’est hyper chaud

Tant mieux mais je ne te connais pas assez psychologiquement pour savoir où je peux aller

Je pense que ça va venir…

Oui mais je suis prudent

Moi aussi Monsieur. À ce stade ça colle bien pour moi. Vraiment.

Comme on ne s’est pas encore rencontré je n’irai pas très loin.Je veux que cette relation reste un jeu de plaisir et ne pas faire de dégâts incontrôlables

Je vous rejoins sur le fait que nous devons rester sur le jeu. Le plus chaud possible mais un jeu. Et je me prends au jeu.Et pour revenir au tel, les deux ou trois autre qui m’avaient amené à le lâcher étaient comme vous dans l’idée du jeu de contrôle et dans la recherche de sensations. Et dans le respect de l’autre et du fait que tout ça se joue à deux. Donc je suis confiant. Envers vous et envers le potentiel plan bien chaud que ça augure.

Très bien on est vraiment sur les mêmes règles bâtard. Je te sens assez fort pour y aller

Je nous sens synchrones Monsieur. Et oui je suis motivé. Par vous.Tout ça est un jeu. Hard mais un jeu. Source de sensations de folie. Mais un jeu.

(…)

Bonjour ma Pute. As-tu la date de ton prochain passage sur XXX ?

Bonjour Monsieur. Non pas encore. C’est normal cela dit, ça n’est jamais anticipé au delà de genre une semaine avant ou dix jours. Je vous redis au plus tôt bien sûr.

C’est entendu bâtard

Envie de vous servir Monsieur

C’est bien c’est une phrase qui me plait bien Elle pourrait être encore plus envieuse …

J’essaie de me tenir Monsieur. J’ai mal au ventre d’excitation quand je vois l’alerte de message de vous Monsieur. Je rêve de vos claques, de vos ordres, de votre bave.

Sale bâtard tu verras comme je te remettrai à ta place la gueule au sol et ma semelle de Rangers dessus

Remettez moi à ma place Monsieur. Faites moi mieux comprendre et découvrir ma place. Celle qui me mettra devant l’évidence de ma condition de bâtard. Oui.

C’est bien bâtard tu peux être fier de ce que tu as écrit. Je te félicite pour ce que tu as écrit tu as bien intégré ce que tu es vraiment vraiment vraiment…

C’est vraiment très fort ce sentiment que je suis profondément comme ça et que je me retrouve naturellement dans cet état et cette situation.

Tu me remercieras de vive voix

Oui Monsieur. OUI MONSIEUR.Savoir que vous aimez embrasser et remplir la bouche du bâtard de votre langue et votre salive me fout en chaleur.

Calme toi maintenant

Bien Monsieur.Mais excité ou pas je pense tout ce que je vous écris.

C’est la première fois depuis mon bâtard que j’ai autant envie de loper un soumis et sache que je m’y emploierai le mieux possible afin de satisfaire mes besoins de domination les plus profond

Je suis vraiment vraiment impressionné par ce message qui me met moi même en rut mais aussi en tension dans l’idée que je ne dois pas vous décevoir. Le challenge est fort mais l’excitation monte d’un cran.Je me sens en confiance et dans une envie débordante de vivre ce plan avec vous Monsieur.

13 janvier 2018 0 Commentaire

Je deviens le bâtard de Monsieur

Je suis depuis la veille avec un ordre de branle après rasage à exécuter. Ça va se passer maintenant. Et je vais par ce moment très fort franchir une étape de plus dans la mise en place de Monsieur dans ma tête et dans mon corps.

(Monsieur en rouge, moi en gris)

Ce soir tu craches ton jus Alors ?

Putain oui. Je me rase d’abord pubis. Puis je me branle et jute pour vous.

N’oublie pas les photos

Bien entendu. Consignes pour la branle en termes de tenue,position…?

De toute façon je t’infligerai le même supplice d’abstinence pour la prochaine fois… et c’est moi qui te traira

Oui Monsieur. OUI MONSIEUR.

Oui consignes de ne pas branler fort et vite, juste par la base de la queue et en caressant le gland doucement et longuement

Je veux que le jus monte et sorte presque sans que tu te masturbes

Wow. Bien Monsieur.

Cockring?

Oui

Bien Monsieur. Poppers autorisé?

Non !!!

Bien Monsieur.

Position allongé?

M’en fous

Bien Monsieur. Et une fois juté?

Une fois juté ? Une photo de ce que ca a produit et c’est tout parce que si tu étais avec moi ce jus serait étale sur ta gueule de pute

Bien Monsieur. Ce soir je jute pour vous. Wow

Ok la pute

Tu es rasé ?

Pas encore. Juste avant.

D’accord tu es à l’hôtel ?

Dans ta chambre ?

Réponds !

Oui Monsieur

Prêt à te raser ?

Presque prêt oui Monsieur.

Alors commence

Je suis ce que tu fais !

Je suis en train de passer un coup de téléphone, ça va être court. Je vous dis puis je me mets aux ordres Monsieur

J’attends pour contrôler

Je suis prêt.

À te raser ?

Oui monsieur.

Vas-y commence

Bien Monsieur.

Donne moi tes infos au fur et à mesure

Capture d’écran 2018-01-13 à 17.53.22

Qu’en dites vous Monsieur? Des ajustements?

C’est pas tres net sur les côtés

Vous voulez dire trop large par rapport à la base de la queue?

Un peu large oui

Marque bien la délimitation de ce qui est rasé et pas

Bien monsieur je reprends. Hauteur ok?

C’est hyper chaud de le faire pour vous Monsieur. Wow. J’adore.

Non la largeur

Ok Monsieur.

Dépêche batard

Capture d’écran 2018-01-13 à 17.53.42

Voilà parfait

bien Monsieur. je retiens le modèle.

je suis autorisé à passer à la branle Monsieur?

Alors commence à te caresser et montre moi ta queue raide

Capture d’écran 2018-01-13 à 17.53.32

A la base de la queue

c’est ce que je fais Monsieur.

Capture d’écran 2018-01-13 à 17.53.51

Tres bien doucement

oui Monsieur

Et tes tétons ? Ils sont excités ?

c’est bon putain.

durs comme du bois oui Monsieur.

Tres bien

j’ai droit aux pinces?

Oui

wow. merci.

Capture d’écran 2018-01-13 à 17.54.15

Vas y !!!

Ok maintenant branle toi et jute

Ton Master doit aller dormir de suite et veut voir ton jus

vous bandez Monsieur?

Oui batard active

ca monte

Capture d’écran 2018-01-13 à 17.54.07

Tres bien la pute

Pense que tu n’es qu’un soumis

À ma disposition la en ce moment

Et balance ton jus de batard et gueule

Allez vas-y ! Jouis la pute

Capture d’écran 2018-01-13 à 18.00.01

Hummm bien

Bravo

Je te félicite

wowwww.merci Monsieur

Bonne nuit batard

bonne nuit Monsieur. Merci beaucoup. Merci.

13 janvier 2018 0 Commentaire

Le dressage à distance s’installe, en attendant le futur plan

Le lendemain du plan avorté, les échanges reprennent. Je n’ai pas juté parce que je n’ai pas pu me raser comme Monsieur le souhaitait et que l’un ne peut aller sans l’autre dans ma tête. Monsieur reprend les choses, me reprend en main et je comprends où Monsieur veut m’emmener dans le contrôle et la soumission. Les consignes se précisent sur le formatage par Monsieur, sur la relation domi/soumi, sur les trips et ce qu’il faut s’attendre à vivre aux pieds de Monsieur.

(Monsieur en rouge, moi en gris)

Bonjour batard

Bonjour Monsieur. Pas encore juté. J’ai oublié ma mousse à raser à l’hôtel à Lyon. Donc pas de tonte donc pas de jute pour vous. Je vais acheter mousse aujourd’hui. Tonte et jute ce soir

T’as intérêt à juter ce soir

Je me suis pris au jeu de l’abstinence…

Je ne le veux pas

Bien Monsieur.

Et obéis ! Ce soir je veux voir ca

Bien Monsieur.

Pour le rasage je laisse combien au dessus de la queue? Et avec quelle forme?

Moi je me suis pris au jeu de la domination à distance et je veux aussi qu’il s’accompagne de réel

Je veux donc te voir des que possible à XXX

Poils tondus à 6mm pour info

3cm tondu presque ras

6mm Ok

Bien Monsieur. J’y pense tout autant. À revenir à XXX et me mettre à votre disposition.

3 cm de poils au dessus de la base de la queue à 6mm et rasé au-delà ok Monsieur.

Je ne laisse qu’au dessus de la queue ou sur toute l’implantation? La ligne entre tondu et rasé doit être arrondie ou droite?

En dessous de 6mm la tondeuse a 3mm

Tonte droite

Et en laissant la largeur d’implantation des poils sur le pubis au delà de la queue ?

Non

Je resserre sur la queue donc ?

Oui

En fait rien sur la queue elle même et rien sur les côtés

bien Monsieur, j’ai bien saisi je pense. tonte à 6mm, maintien du pubis sur 3 cm en hauteur et uniquement sur la largeur de la base de la queue.

Exactement

Batard

Bien Monsieur. Ce sera fait.

Ce sera une première pour moi Monsieur.

De quoi ?

Ce type de rasage tonte. Je tonds globalement depuis longtemps. J’ai déjà été rasé total deux trois fois.

Cette une marque de dévouement pour moi

Et j’ai plus facilement accès à toi comme ça

Pour travailler les couilles et la queue , les triturer les utiliser

Avec du matériel …

Oui Monsieur. Ça me fait bien bander ça. Et la marque de domination est bien visible quand je regarde ma queue.

Franchement, avec un peu de distance, cette domination à distance est super excitante pour moi

Mais ça n’enlève en rien mon désir très fort de t’avoir sous mes pieds

Wow. Merci de me dire ça Monsieur. Moi aussi. Mais j’ai hâte de vous sentir me tenir physiquement.

J’ai aussi tres envie de te te voir inondé de ma pisse sur la tete et les vêtements , entendre le bruit qu’elle fait sur ton jean qui se mouille

J’adore. J’adore.

J’ai envie d’être à genoux aux pieds, tenu par les cheveux, face à votre queue. Langue sortie haletante. À attendre le feu vert pour la goûter.

Et je te crache dans ta gueule de pute avant

Mon cote sado me ferait presque prendre du plaisir à te voir pleurer en me suppliant de te faire mal

Alors ?

Me faire cracher dans la gueule ou sur la gueule avec étalage par le Master sur la huile c’est ultra chaud… Bien excité. Wow.

Pleurer en demande ça ne m’est jamais arrive. Mais comme ça sur le dial c’est hyper excitant e dois avouer.

Avant ça il y a être débordé par l’excitation, demander continuellement plus.

Oui il faut raison garder

Je pense que c’est à cause du rdv manqué que je suis ainsi

Le sm est un jeu quand les règles sont aussi claires qu’elles le sont entre nous pour ce plan, je suis prêt à pousser le soumis très loin

Et de nos échanges qui me chauffent à blanc aussi

Je fantasme à fond sur le claquage de cul en ce moment. Et sur le fouet.

En doublant les jeux physiques (travail des tétons couilles queue etc) de travail mental

Je signe. 

Le couple mental physique c’est du délire en termes d’excitation. Nos échanges amènent à cet état de soumission forte et débordante.

Me mettre à vos pieds et vous demander de me mettre dans le même état que le bâtard de vos pics de profil.

Putain c’est ça dont je rêve.

Donc XXX = prochaine destination

Donc XXX à vos pieds dans le sex club est ma prochaine destination.

Le moment dingue où on tend ses poignets pour les faire attacher au poteau.

Oui

J’attends donc une date …

Bien Monsieur. 

Je vous sens dans ma tête.

Donne moi la date des que possible

13 janvier 2018 0 Commentaire

Le jour du plan annulé

Une fois le plan clairement reporté, je ne pense qu’au fait que je rate ma rencontre avec Monsieur. Ce qui me fait franchir une nouvelle étape dans ce que je peux exprimer et reconnaître attendre, alors que Monsieur me montre sa voie.

(Monsieur en rouge, moi en gris)

Hey mec, ca va ? Je m’inquiète un peu de ton silence

Bonsoir Monsieur. Non pas de souci mais ça a été la course pour les changements de plan et le départ quand même évidemment. Suis à XXX. Sors de la soirée. Redémarrage à 8h30 demain matin. Et départ vers XXX à 18h environ. Toujours dégouté. J’étais chaud.

Et tu ne pouvais partir à XXX plus tard ce soir ?

Ma soirée va ressembler à un scénario catastrophe …

Non je ne pouvais pas je n’ai pas la main sur les déplacements…

Ok batard

(le lendemain matin, jour du plan initialement programmé)

Je suis dans ce putain de train vers XXX. Couilles pleines à bloc. Je maintiens ma candidature pour mon prochain passage Monsieur. Si vous l’acceptez.

Bien sûr que je l’accepte batard

Mais putain branle toi !!!!!Vide les ces couilles de salope et hurle en même temps et gémis de plaisir

C’est comme si je voulais t’entendre d’ici !

Salope

Promis je fais ça ce soir et vous fais un rapport.

Et  je suis dans un état de déception car j’ai quand même à me vider les couilles sur un autre batard et quatre fois ça a loupé

Je vais donc moi aussi me lâcher dans les douches de ce club de sport ou je suis à défaut

À défaut d’un batard comme toi que j’aurais remis à sa place tres tres grave

Alors oui gicle bien et j’attends ton rapport avec photos à l’appui: de toi en train de te branler et de la giclée

Et j’aurais suivi. À genoux à vos pieds face à votre queue. J’aurais adoré me faire travailler les tétons, claquer le cul, prendre votre langue dans ma bouche… Être votre bâtard quoi

Me pomper bien comme il faut en me regardant dan les yeux

En réclamant plus de douleur et de plaisir

Et quand d’un seul coup j’aurai décidé d’arrêter de m’occuper de tes tétons alors que tu étais au bord de la jouissance , tu m’aurais supplié de continuer

N’est-ce pas ?

J’aurais pompé les yeux dans les yeux oui Monsieur. Et profond.

J’aurais supplie pour plus de sensations et de travail des tétons oui Monsieur.

Et j’aurais supplie pour que ça reprenne une fois stoppé. Et pour le faire claquer le cul.

Avec tout le respect que tu me dois de ne pas être venu ce soir comme prévu

Avec tout le respect que je vous dois et ressens.

Donc la prochaine fois tu auras droit à un bon claquage car la soirée est morte maintenant

Oui Monsieur. Commencer par une punition à cause de ce soir me va très bien. J’assumerai. Tout pour vous faire bander.

Non ça ne t’ira pas parce que tu ne peux pas avoir une punition par plaisir

Tu te plaindras de toi et gémiras pour te faire pardonner !

Putain je bande dur.

Tant mieux ! Et tu as la chance que je t’autorise à jouir ce soir !!!

L’idée d’un collier ferme sur mon cou, de votre queue en bouche, de votre main qui claqué fermement mon cul, de vos doigts et pinces sur les tétons. Je bande à fond. Et mouille dans le slip.

C’est pourquoi je veux un rapport et des photos !

Sur la branle ce soir?

Oui pourquoi ? T’as un problème ?

Non mais

Si tu savais comme j’ai une putain d’envie de toi !!!

Aucun bien au contraire. Je voulais être sur. Je vous suis.

Je me rase le pubis comme souhaité initialement?

Oui bien entendu et tu me montreras

Bien Monsieur.

Obéis !!!!!!

Ce sera fait sans aucune discussion ni doute monsieur.

Tres bien batard

Si tu étais avec moi je te féliciterai de m’obéir et serai même gentil voire câlin pour ton obéissance et ta soumission

Vraiment? Merci Monsieur. Je vous jure que je peux être un bon bâtard docile. Très docile.

Parfait

 

 

13 janvier 2018 0 Commentaire

Le plan de notre première rencontre doit être reporté

A deux jours du plan, un changement intervient dans les raisons de mon déplacement et je ne peux être dans la ville de Monsieur à la date prévue. Je suis en abstinence complète de branle et jute depuis 4 jours pleins lorsque je préviens Monsieur. Il était prévu que je me tonde le pubis avant le plan. Je suis vraiment désolé et contrarié. Je me sentais prêt. J’attendais ce plan, la domination physique de Monsieur.

Nos échanges (Monsieur en rouge, moi en gris):

Alors c’est mort pour demain soir je suis dégouté. Dégouté. Je dois être à 20h à XXXX. On m’a bougé mon train et mon hôtel. P’tain je suis vert.

Ah oui je comprends … moi aussi déçu on avait bien chatté

Je suis vraiment dégouté je vous jure. Je suis chauffe à bloc en plus. Je vais revenir mais bon… Ça me fait vraiment chier. Je suis désolé.

Ben oui je comprends bien … tu ne t’es pas encore touché ?

Non! Bien sur que non. Ni rasé le pubis d’ailleurs.

Pauvre batard… Que puis-je pour toi ?

Bon remets toi …

Flagelle-toi bien fort

13 janvier 2018 0 Commentaire

La rencontre avec Monsieur

Ce blog est créé sur ordre de Monsieur, pour que j’y mette mon dressage progressif par Monsieur.

Tout a commencé il y a quelques semaines sur un site de rencontres sm gay, alors que je cherchais un plan à faire sur un déplacement dans une ville. J’avais repéré Monsieur, par son pseudo, ses pics très sex, ses intérêts dans le dressage et certains trips comme le travail des seins.

Je me suis permis d’écrire, demandant si j’avais une chance de pouvoir discuter d’un plan avec Monsieur. La réponse a été positive, j’étais déjà très heureux de n’avoir pas été jeté direct. Nous avons commencé les échanges. Rapidement j’ai été tenu de nommer Monsieur « Monsieur ». Je n’y ai depuis plus jamais dérogé. Un plan a été programmé dans un sex club de sa ville, avec comme seules consignes de me rendre dans une cabine précise, de la fermer pour attendre Monsieur puis de me livrer à lui, ainsi qu’une consigne d’abstinence avant plan sur plusieurs jours.

Déjà Monsieur avait commencé à bien prendre possession de ma tête… Les échanges dans l’attente du plan m’ont mis en confiance. Je voyais que Monsieur considérait le bâtard – à sa juste place bien entendu – et que les échanges faisaient monter la tension sexuelle sans discontinuer. J’étais prêt à venir me mettre à disposition de Monsieur, motivé, excité, déjà avec la sensation très forte et très bandante d’avoir perdu le contrôle et de m’en remettre à Monsieur.

Wheelsmoke54 |
SEXE OBSESSION de MR G |
Vidéo Porno |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | tukif porno
| Tony X
| Pipisex